Dys, le sous-titrage 4ème partie.

Des sous-titres en open-dyslexie.

Cet article se veut ludique, mais pour autant la notion de jeux n’est pas la même pour tous. Cet article se veut participatif, mais pour autant la notion de participation n’est pas la même pour tous.

Alors cet article se veut direct : une police dys dans le sous-titrage, un mieux ou pas ? Participez en direct et laissez vos commentaires.


Vous avez dit ludique ?

Vous avez été 59.6 % à souhaiter participer à des tests de lecture de sous-titrages en police de caractère réalisée pour les personnes dyslexique. Pour répondre à votre envie, nous vous proposons de regarder cette petite vidéo. Le sous-titrage est réalisé avec la police open-dyslexic.

Note : La pratique du sous-titrage incrusté n’est pas à généraliser, mais pour le test, elle a été privilégiée.

Vous avez dit participatif ?

Maintenant, nous vous proposons de répondre à trois questions :

  • Cette police de caractère vous a-t-elle apporté un plus ?
  • Avez-vous essayé de la faire lire par une personne dyslexique ? Quel est son sentiment ?
  • Et vous demain, pensez-vous intégrer cette police dans les outils pédagogiques ? Ou, aimeriez-vous voir cette police intégrer dans les outils pédagogiques ?

Vous ne souhaitez pas laisser de commentaire, mais vous aimeriez nous faire part de votre ressenti ? Envoyez-nous un message.

Dys moi, le sous-titrage. 3ème partie.

Vous faites partie des personnes à ne pas avoir identifier la manière d’activer les sous-titrages ? Cette vidéo réalisée par Multimédia France Production est pour vous, bon visionnage.

Alors, avez vous regardé les sous-titres ? Laissez nous vos commentaires.

Dys, le sous-titrage. 2ème partie

Vous faites partie des 79 % de personnes à ne pas connaître la police dys ou des 84 % à ne pas avoir eu la chance de lire un texte rédigé avec cette police de caractère ? Ce texte est pour vous, bonne lecture.

Typographie, boite vintage

Ne pas confondre le beau et l’utile.

La typographie désigne différents procédés d’imprimerie utilisant des caractères et des formes en relief, ainsi que l’art et la manière d’utiliser les différents types de caractères dans un but esthétique et pratique.

Jean-Baptiste Bodoni, typographe, disait : « L’idée du beau ne doit certes pas être confondue avec celle du bien et de l’utile. Ces trois idées n’en sont pas moins comme les trois aspects divers d’une seule et même chose considérée de trois côtés différents ».

Chaque police de caractères appartient à une famille et a un usage particulier. Cela permet de comprendre que les choix effectués pour l’imprimerie d’un livre ne sont pas les mêmes que ceux réalisés pour une lecture sur écran.

En fonction du support, les lettres se dévoilent plus facilement. Sur papier, les caractères avec empattement seront plus convoités alors que sur écran, l’inverse se produit.

Pour valider cette information, nous avons demandé aux participants s’ils se sentent plus à l’aise pour lire sur écran avec des polices de caractères « sans sérif » (Arial, Helvetica, Tahoma…) que des polices « serif » (Georgia, Century, Times…).

57.9 % d’entre eux confirment se sentir plus à l’aise avec une police sans empattement, 25.4 % disent ne pas avoir fait attention et 16.7% lisent sans problème quelle que soit la police de caractères utilisée.

Il apparaît que pour de meilleurs résultats et un plus grand confort de lecture, les polices de caractères jouent un rôle important.

Et dans le sous-titrage ?

À la question, « avez-vous déjà rencontré des difficultés à lire un sous-titrage à cause de la police de caractères utilisée ? », les participants ont répondu :

schéma sur la lisibilité des sous-titrages

Transcription du schéma :
Oui : 40.4 %
Non : 39.5 %
Je ne sais pas, je n’y ai pas pensé : 19.6 %
Je ne sais pas ce que c’est qu’une police de caractère : 0.9 %

A la question, « auriez-vous aimé pouvoir changer la police de caractère des sous-titrages” , 45.6 % répondent par l’affirmatif et 35.1 % disent ne pas y avoir pensé. Il semble alors qu’offrir cette possibilité dans les sous-titrages, soit un avantage pour les utilisateurs.

Avez-vous déjà lu un texte rédigé avec une « police dys » ?

schéma sur l'utilisation de la police dys

Transcription du schéma
Oui, et j’aime bien, cela me repose : 8.8 %
Oui mais je n’aime pas, cela me déstabilise : 0 %
Oui mais je n’ai pas vu la différence : 7 %
Non, je n’ai jamais lu avec une « police dys«  : 84.2 %

Et vous, après cette expérience, que diriez-vous ?

Pour aller plus loin :
Jean-Baptiste Bodoni
Ergonomie des interfaces par Jean-François Nogier, Thierry Bouillot, Jules Leclerc

Dys, le sous-titrage. 1ère partie

Résumé

Un sous-titrage trop éloigné des besoins des personnes peut entraîner un abandon. En effet, 15% de personnes abandonnent le visionnage d’une vidéo pour des problèmes de lecture ; 20 % pour des problèmes de décalage entre l’image et le son et 11% pour des problèmes de compréhension du sous-titrage.


Le 24 février 2016, AcCible a proposé une enquête sur le sous-titrage avec une police dys afin d’évaluer l’intérêt de ce projet auprès du grand public.

Cent quatorze personnes ont répondu à notre sondage. Elles sont âgées de 17 à 80 ans (-25 ans : 14 % ; 26/35 : 21 %; 36/45 : 25 % ; 46/56 : 17 % ; +56 : 23 %). Cet éventail montre que les vidéos sont des médias utilisés par le plus grand nombre et que le sous-titrage est un outil intergénérationnel.

La plupart des catégories socio-professionnelles sont présentes. Les personnes travaillent dans les métiers du sanitaire et du social (11%), du numérique (3.7 %), dans l’enseignement et la formation (21.5 %), dans le multimédia (14 %), dans l’informatique, l’internet ou les télécommunications (7.5 %), le commerce et la distribution (3.5 %), l’environnement (3.7 %) l’audit, la gestion et la comptabilité (11 %), le service aux personnes et aux entreprises (5.5 %), entrepreneur (1.8%), en étude (7.5 %), en pause (6.5 %), divers (2.8 %).

Les deux premières questions de cette enquête concernaient le sous-titrage et son utilisation. Regardons en détail les réponses.

Le sous-titrage, une fonctionnalité qui dépasse le célèbre VO.

Le cinéma s’est toujours doté de dispositif de médiation des informations, capable de compenser l’absence de son ou de dialogues audibles.

carton_cinemaÀ l’époque du cinéma muet, le support écrit était  inséré entre deux plans venant compléter l’action, les gestes ou les mimiques des acteurs. Ces cartons, facilement et rapidement traduisibles, seront les précurseurs du sous-titrage.

L’arrivée des films parlants va transformer le statut du discours dans l’oeuvre cinématographique en lui attribuant un rôle majeur. La transmission de l’information sonore devient alors un enjeu économique et social : une oeuvre doit rejoindre le plus grand nombre et dépasser les barrières linguistiques. Le sous-titrage est né et il est un outil de transmission universel.

Au-delà de la simple traduction, le sous-titrage va se révéler comme outil indispensable au service de certains utilisateurs, comme support pédagogique au service de l’apprentissage des langues et comme outil de transmission de l’information dans des contextes ne permettant pas la diffusion du son.

Dans les années 2004/05 (naissance de YouTube, Viméo), les sites d’hébergement de vidéos ouvrent les portes à l’utilisation généralisée de la vidéo et la formation s’empare de ces nouveaux dispositifs.

La pratique du sous-titrage dans l’utilisation de vidéos à visée pédagogique n’est pas courante et pourtant, quelles sont les pratiques des utilisateurs ?

A la question «  Utilisez vous les sous-titrages quand vous regardez une vidéo ? », il apparaît que 89% des usagers utilisent le sous-titrage. Seuls, 9% des répondants n’utilisent jamais le sous-titrage et 3% n’ont pas connaissance de la présence des sous-titrages dans une vidéo. Nous noterons que 24% des répondants utilisent le sous-titrage pour plus d’une raison.

camembert résultat utilisation du sous-titrage

Transcription du schéma :
Je mets le sous-titrage pour des films étrangers : 51%,
Je mets le sous-titrage dès qu’il y a des bruits perturbateurs ou un volume faible : 13%,
Je mets le sous-titrage sur toutes les vidéos : 2%,
Je mets le sous-titrage quand j’ai du mal à comprendre l’orateur : 22%,
Je ne mets jamais de sous-titrage : 9%,
Non, je ne sais pas que ça existe : 3%

Le sous-titrage, un élément que l’on impose pas, mais qui impose ses règles.

Tous ceux qui pratiquent, ou qui se sont formés à la réalisation des sous-titrages, savent que les règles d’or de la transcription d’un discours, sont la fidélité et la lisibilité. En effet, un sous-titrage fait dans les règles de l’art, cherche à rejoindre les capacités de lecture de celui qui va écouter à partir de sa lecture en lui assurant l’intégrité des propos.

Loin de ressembler à une transcription déposée hors de l’œuvre, le sous-titrage accompagne la gestuelle, la mimique ainsi que la danse enivrante des lèvres de l’orateur. Il épouse le contexte du langage non-verbal et guide la compréhension des images très présentes dans les vidéos pédagogiques.

Bienveillant par nature, le sous-titrage impose ses règles et pour le confort de tous, il ne s’impose jamais, laissant la main décider de son apparition.

Quelles sont les réponses à la question « avez-vous déjà abandonné le visionnage d’une vidéo à cause du sous-titrage ? » Il apparaît que 16 % sont maîtres de leur choix : ils retirent le sous-titrage gênant.

camembert des réponses sur l'abandon du sous-titrage

Transcription du schéma
Non, jamais : 38%
Non, je retire le sous-titrage : 16%
Oui, je n’arrivais pas à lire : 15%
Oui, il y avait trop de décalage entre l’image et le son : 20%
Oui, je ne comprenais pas ce que je lisais : 11%

46% d’abandon lorsque le sous-titrage n’est pas adapté.

La voix est entrée dans le film et le cinéma a cherché sa voie. Sur son chemin menant vers le cinéphile, il a gagné en compétences pour notre plus grand plaisir de spectateur de version originale.

La vidéo est entrée dans la pédagogie et la formation s’est adaptée aux règles de son nouvel environnement. Sur le chemin de l’accessibilité, elle a trouvé des outils d’assistance lui permettant d’intégrer des sous-titrages automatiques ou d’obtenir un découpage machinal.

Ainsi, un sous-titrage trop éloigné des besoins des personnes peut entraîner un abandon. En effet, 15% de personnes abandonnent le visionnage d’une vidéo pour des problèmes de lecture ; 20 % pour des problèmes de décalage entre l’image et le son et 11% pour des problèmes de compréhension du sous-titrage.

Il est donc impératif d’apporter du confort, de la qualité et de la lisibilité dans le sous-titrage. Cela passe par un découpage sensé, un respect de la parole de l’orateur, un nombre de caractères lisibles dans un espace-temps et une disposition sur l’écran.

Dans notre prochain article, nous explorerons plus en avant les réponses fournies lors de ce sondage, en nous penchant plus spécifiquement sur les polices de caractères utilisées dans les sous-titrages.

Pour aller plus loin :

  • Le doublage et le sous-titrage des films en France depuis 1931 : contribution à une étude historique et esthétique du cinéma par Jean-François Cornu (thèse soutenue en 2014)
  • Caasem : collectifs des adapteurs de l’audiovisuel

Une police dys en sous-titrage ! Qu’en pensez-vous ?

case à cocher

Un projet nous tient à cœur : rendre les sous-titrages les plus faciles et agréables à lire pour tous et à promouvoir leur intérêt.

Dans ce cadre, une police dys ne serait-elle pas facilitante pour cette lecture ?

Est-ce utile ? Est-ce pertinent ? Votre avis nous intéresse !

Les résultats de l’enquête

Analyse des réponses sur l’utilisation du sous-titrage : Dys, le sous-titrage. 1ère partie 

Analyse des réponses sur la typographie des sous-titrages : Dys, le sous-titrage. 2ème partie

Activation des sous-titrages : mode d’emploi : Dys, le sous-titrage. 3ème partie.

Vidéo avec sous-titrage police dys : votre avis, un plus ? Dys, le sous-titrage. 4ème partie.

Nouvelle formation AcCible

Dernière Fiche à télécharger

Se former avec ou sans le son

Étudiant, apprenant, mooceur, … Initialement déployée dans un contexte privé et généralement payant, la formation numérisée suit depuis plusieurs années, les évolutions impulsées par les initiatives privées et publiques de mise à disposition du savoir en libre accès sur Internet. L’apprenant numérique se retrouve donc aujourd’hui face à une offre pédagogique et technologique abondante, consultable … Continuer la lecture de Se former avec ou sans le son 

Dernière Actualité (Palab)

Dys, le sous-titrage 4ème partie.

Des sous-titres en open-dyslexie. Cet article se veut ludique, mais pour autant la notion de jeux n’est pas la même pour tous. Cet article se veut participatif, mais pour autant la notion de participation n’est pas la même pour tous. Alors cet article se veut direct : une police dys dans le sous-titrage, un mieux … Continuer la lecture de Dys, le sous-titrage 4ème partie.