Se former avec ou sans le son

Étudiant, apprenant, mooceur, …

oreilleInitialement déployée dans un contexte privé et généralement payant, la formation numérisée suit depuis plusieurs années, les évolutions impulsées par les initiatives privées et publiques de mise à disposition du savoir en libre accès sur Internet.

L’apprenant numérique se retrouve donc aujourd’hui face à une offre pédagogique et technologique abondante, consultable à tout moment de la journée en format vidéo.

Initialement motivées par l’offre de choix et la facilité d’accès au parcours, les inscriptions sont réalisées par des hommes et des femmes, salariés, étudiants ou demandeurs d’emploi, majoritairement jeunes et de bon niveau d’enseignement.

Dans cet ensemble, les personnes ne pouvant avoir accès au son, vivent en marge de cette opportunité de formation.

Se former avec ou sans le son.
Deux mondes à part ?

Le son, une denrée difficile à obtenir

« Quand je suis dans le métro, je ne peux pas mettre le son » ;
« Quand je suis en salle avec un groupe, impossible de mettre le son » ;
« Quand je suis au pôle emploi, impossible de mettre le son » ;
« Quand je suis au cyber, il n’y a pas de casque ».

Portrait d’une population singulière.

bouche

L’accessibilité numérique est souvent identifiée comme étant réservée aux handicapés. C’est une erreur ! L’accessibilité est importante pour les personnes rencontrant une situation de handicap. Dans le cas de l’accès au son, cela concerne 5 à 6 millions de personnes souffrant de déficiences auditives. De même, la sensibilité cognitive, à niveau sonore égal, n’est pas la même pour de nombreuses personnes.

Comment offrir une place à chacun dans la formation numérisée ?

L’enjeu, pour que les personnes intègrent pleinement le mouvement initié dans la mise à disposition des savoirs, est dans le développement du sous-titrage opérationnel et adapté aux capacités de lecture des individus. Un sous-titrage qui se préoccupe de l’apprenant et de son potentiel d’apprentissage lorsqu’il est mis dans des conditions favorables. Un sous-titrage qui s’active et se désactive en fonction des besoins de chacun. Un sous-titrage qui soit apte à faire cohabiter deux mondes avec ou sans le son.

Pour télécharger la fiche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *